Bien choisir sa coenzyme Q10

Bien que la coenzyme Q10, ou l’ubiquinone, soit produite naturellement par notre organisme, et en partie administrée avec notre nourriture, il a été remarqué qu’un apport supplémentaire, de temps à autres, demeure essentiel pour garder une santé de fer, et prolonger notre espérance de vie. Avec le temps, le taux de CoQ10 connait, en effet, une importante baisse (1). Plusieurs facteurs en sont responsables, pour ne citer que le vieillissement, la consommation abusive d’alcool, la prise de certains médicaments (les statines), le tabac, le stress, les efforts physiques et même certaines maladies.

Coenzyme Q10 bio en complément à l’alimentation

Coenzyme Q10 en complément à l’alimentation

Or, notre régime alimentaire souvent non hygiénique et non équilibré n’en fournit qu’à une proportion très réduite, d’environ 3 à 10 mg/jour seulement (2). Ce qui est insuffisant comparé à la dose journalière moyenne recommandée, pour bénéficier réellement de ses bienfaits. Pour ralentir par exemple la progression d’un cancer et compléter efficacement les traitements classiques, il faut dans les 90 à 390 mg de cette coenzyme par jour, d’après certaines remarques scientifiques (3)(4).

Avec toute cette panoplie de compléments alimentaires qui nous est proposée sur le marché, choisir un bon produit capable d’apporter les bienfaits attendus n’est plus une mince affaire. Chaque marque essaie de valoriser sa coenzyme Q10, et ce en dépit de sa mauvaise qualité. Depuis quelques années, on voit également l’arrivée des produits chinois vendus à des prix très bas. Tout cela rend cette tâche encore plus difficile.

Voici donc quelques critères à prendre en compte pour ne pas se tromper dans ses choix.

1- La forme de la coenzyme Q10

L’une des premiers points à considérer lors de l’achat est la forme de la CoQ10 proposée par la marque. Ce complément alimentaire se différencie, en fait, de la méthode de fabrication adoptée par le fabricant.

Coenzyme Q10 issue de la fermentation de betteraves

Coenzyme Q10 issue de la fermentation de betteraves

Sur le marché, vous pourrez trouver des molécules naturelles, obtenues par la fermentation de levures, de la coenzyme Q10 synthétique ou semi-synthétique, et celle issue de la fermentation bactérienne.

La meilleure méthode de fabrication de coenzyme Q10 qui existe jusque-là est la fermentation de levures, qui consiste à fermenter des betteraves grâce à l’utilisation de souches de levures naturelles riches en CoQ10. Cette technique permet d’obtenir une molécule à la configuration « trans », qui est exactement la même que celle qu’on retrouve dans les aliments et celle produite par notre organisme. Pour être plus précis, la coenzyme Q10 est 100 % naturelle, et est bien tolérée par l’organisme même à une dose élevée.

La CoQ10 générée par les deux autres procédés, fermentation bactérienne et synthèse chimique, présente une configuration « cis ». Cette structure moléculaire est difficile à assimiler par l’organisme.

Le laboratoire américain basé en à Burlington, Caroline du Nord, – expert en analyses de biologie médicale –, Labcorp, a démontré lors de ses contrôles de sécurité que la fermentation de levures est le procédé le plus fiable pour fabriquer de la CoQ10 (5).

Des tests randomisés en double aveugle avec contrôle placebo, similaires aux protocoles menés auprès des industries pharmaceutiques, ont aussi confirmé que cette méthode est plus sûre. Le produit obtenu à partir de cette fermentation est toléré par l’organisme jusqu’à une teneur de 900 mg/jour, d’après les remarques.

2- La taille de la molécule

Dans sa forme pure, la coenzyme Q10 se présente sous forme de poudre cristalline jaune orangée, difficile à assimiler par l’organisme. Ces cristaux ne se fondent, en effet, qu’à une température supérieure ou égale à 48°C. Autrement dit, ils ne peuvent pas se dissoudre dans l’organisme, et seront évacués directement par les voies naturelles, sans avoir eu le temps de jouer leurs rôles. Seulement, moins d’1% de ces molécules pourront traverser les parois des tubes digestifs, et atteindre les différents tissus.

Pour une meilleure absorption de la CoQ10 et une biodisponibilité plus importante, il est donc essentiel que celle-ci transformée. C’est une des raisons qui expliquent pourquoi certains compléments alimentaires sont relativement plus chers, car ce procédé de transformation nécessite un budget plus important.

Certaines marques proposent donc des solutions d’ubiquinone dissoutes dans de l’huile végétale encapsulée, qui, selon leurs remarques, sont plus faciles à assimiler par l’organisme une fois dans les intestins. La présence d’huile végétale contribue à l’absorption, du fait que la coenzyme Q10 est une benzoquinone à longue chaîne isoprénoïde, soluble dans les lipides.

Des études scientifiques ont, cependant, montré que seul l’ubiquinone prétraité est capable d’agir efficacement dans l’organisme. Il s’agit d’un traitement thermique, visant à modifier la structure de la molécule afin de baisser son point de fusion à 37°C. Une fois au contact de la température intérieure du corps, cette molécule sera complètement dissoute et pourra être absorbée facilement par les intestins, à la manière d’autres lipides.

3- La pureté du complément alimentaire

Un dernier critère à ne pas négliger est la pureté de la coenzyme Q10 dans le complément alimentaire. La fermentation de levures demeure la seule technique permettant d’obtenir de la CoQ10 avec une pureté supérieure, totalement exempte d’impuretés et de substances chimiques.

La coenzyme Q10 fabriquée à partir de la fermentation bactérienne de sucre ou de l’amidon, de son côté, peut contenir des traces de corps étrangers, tels que des solvants et alcools. La qualité et la pureté du produit issu de ce type de fermentation dépendent essentiellement de la méthode adoptée.

Les suppléments Q10 synthétiques et semi-synthétiques, vendus à des prix modiques sur le marché, quant à eux, présentent un gros risque de contenir des traces de corps étrangers, nocifs à la santé. Leur matière première est produite, en effet, à partir de dérivés de tabac. Or, la plupart des produits qui nous viennent de Chine sont issus de ce procédé, qui s’avère être moins coûteux et plus rapide.

Les molécules naturelles sont plus sécuritaires, et d’ailleurs plusieurs scientifiques l’ont confirmé. Parmi eux, il y a le Dr Peter Langsjoen, – physicien, biochimiste, et chercheur, membre fondateur du comité exécutif de l’Association Internationale de Coenzyme Q10 –, qui a déjà mené plus d’une trentaine d’études sur l’utilisation de coenzyme Q10 trans sur près de 2 150 patients souffrant de troubles cardio-vasculaires. Ce scientifique a conclu que cette coenzyme ne présente aucune toxicité et est entièrement inoffensive pour l’organisme, du fait de sa structure moléculaire identique à celle de l’ubiquinone naturellement produit par le corps.

Pour profiter donc de tous les bienfaits de cette molécule, sans risque de contracter d’autres problème de santé dus à l’accumulation de substances chimiques ou de toxines, il est impératif de l’acheter de haute qualité, avec une pureté supérieure à 90 %.

Références :

(1) Kalén A, Appelkvist E-L, Dallner G: « Age-related changes in the lipid compositions of rat and human tissues ». Lipids 24: 579-584, 1989.
(2) Weber C: « Dietary intake and absorption of coenzyme Q. In: Kagan VE, Quinn PJ: Coenzyme Q: Molecular mechanisms in health and disease ». CRC Press, p. 209-215, 2001.
(3) Folkers K, Brown R,et al. « Survival of cancer patients on therapy with coenzyme Q10 ». Biochem Biophys ResCommun. 1993 Apr 15;192(1):241-5.
(4) Lockwood K, Moesgaard S,et al. « Progress on therapy of breast cancer with vitamin Q10 and the regression of metastases ». Biochem Biophys Res Commun. 1995 Jul 6;212(1):172-7.39. National Cancer Institute.
(5) Williams KD, Maneka JD, AbdelHameed M, Hall RL, PalmerTE, Kitano M, Hidaka T: 52-Week oral gavage chronic toxicity study with ubiquinone in rats with a 4-week recovery. J Agric Food Chem 47: 3756-3763, 1999.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *